Se préparer à un contrôle sur la Première République.


SOMMAIRE

I. Le résumé de la leçon.

II. Pour tester ses connaissances.

III. Quelques exemples de sujets.


I. LE RESUME DE LA LECON.

1) Les premiers pas incertains de la République.

Au lendemain de la prise des Tuileries (10 Août 1792), la Monarchie est abolie, le roi et sa famille enfermés dans la prison du Temple. La République est proclamée un mois plus tard par les députés de la Convention. La belle victoire de Valmy donne au pays un court répit. Mais l’exécution de Louis XVI dresse l’Europe contre la France. Les frontières sont à nouveau menacées par les armées étrangères. En Vendée, le monde paysan réclame que soit rétabli l’ordre d’Ancien Régime. Menacée à l’extérieur, la République doit aussi affronter une partie de son peuple.

2) La Terreur à l’ordre du jour.

La situation est telle que les députés de la Convention prennent des mesures d’exception. La création du Comité de Salut Public permet l’adoption rapide de décisions. Son créateur, Danton, en prend la tête. Mais, au cours de l’été 1793, les défaites de l’armée française se multiplient. Les partisans de la République ne contrôlent plus qu’une partie du territoire. Jugé incompétent et trop modéré, Danton est renvoyé de son poste au Comité. Robespierre le remplace et met la Terreur à l’ordre du jour.

Celui que la capitale surnomme l’ Incorruptible suspend les grands principes de 1789 et déploie toute son énergie à rétablir la situation. Des décrets d’une exceptionnelle dureté sauvent la République : la Levée en Masse (Août 1793), la loi des Suspects (Septembre 1793), la loi du Maximum (Février 1794).

Dans les rues de Paris, le passage quotidien des condamnés que l’on conduit à la guillotine marque l’époque de la Terreur.

3) La Convention déchirée.

A la Convention, les députés s’opposent les uns aux autres. Les Montagnards (dont font partie Danton et Robespierre) estiment que leurs adversaires Girondins sont trop modérés. Ils les font exécuter à la fin 1793. Puis les Montagnards se divisent à leur tour. Danton et ses partisans réclament un peu plus de clémence et un assouplissement du régime. Robespierre les envoie à la guillotine (Avril 1794). Renversé par quelques députés inquiets pour leur vie, il est à son tour mené sur l’échafaud avec ses compagnons. (Juillet 1794).

Sa mort marque la fin de la Terreur. La République est néanmoins sauvée.

II. POUR TESTER SES CONNAISSANCES.

1) Je peux donner la définition des mots suivants.

Convention, république, Comité de salut Public, Terreur, Levée en Masse, Loi du Maximum, Loi des Suspects, Montagnards, Girondins.

2) Je peux dater les événements suivants.

  • L’abolition de la Monarchie.
  • La proclamation de la république.
  • L’exécution de Louis XVI.
  • La période de la Terreur.
  • La chute de Robespierre.

3) Je connais les biographies de Danton et Robespierre.

Danton.

- Ses dates : 1759-1794. (Originaire d’Arcis-Sur-Aube)

- Sa profession à la veille de la Révolution : Avocat à Paris

- Sa carrière politique : président du club des Cordeliers, membre de la Commune puis créateur du Comité de Salut Public, il appartient au groupe des Montagnards à la Convention. Républicain convaincu, il finit par s’opposer à Robespierre et à la Terreur. Avec ses amis (Desmoulins...), il réclame un assouplissement du régime. Jugé trop tiède, il est envoyé sur l’échafaud en Avril 1794.

Robespierre.

- Ses dates : 1758-1794. (Originaire d’Arras)

- Sa profession à la veille de la Révolution : Avocat à Arras

- Sa carrière politique : élu aux Etats- Généraux en Mai 1789 puis à l’Assemblée législative en 1790, il obtient également un siège à la Convention en 1792. Il remplace Danton à la tête du Comité de Salut Public et prend des mesures énergiques afin de rétablir la situation du pays. Il met la Terreur à l’ordre du jour et se débarrasse de ses adversaires politiques les uns après les autres. Jugé trop excessif par les députés de la Convention il est renversé puis exécuté à son tour. (Juillet 1794)

4°) Je peux répondre aux questions suivantes en quelques lignes.

  • Quels dangers menacent la République au lendemain de la mort du roi ?
  • Quelles mesures de Robespierre permettent de sauver la République ?
  • Pourquoi les députés de la Convention se divisent-ils ?
  • De quelle manière s’achève la période de la Terreur ?
  • Pourquoi Robespierre et Danton se sont-ils affrontés ?

III. QELQUES EXEMPLES DE SUJETS.

Au cours d’un contrôle portant sur ce chapitre, des documents très divers peuvent être proposés à la réflexion de l’élève et faire l’objet de questions.

- des textes : il peut s’agit d’extraits de lois (Loi du Maximum, des suspects) ou de décrets révolutionnaires (Levée en Masse). Cela peut être aussi le discours d’un député de la Convention ou le témoignage d’une personne vivant à l’époque de la Terreur.

- des gravures représentant une journée révolutionnaire : l’arrestation sanglante de Robespierre, l’exécution de Louis XVI, une séance à la Convention, etc.

- des tableaux de peintres : quelques portraits (Robespierre ou Danton), une scène de la prise des Tuileries...

- une carte qui présente les dangers auxquels la France se trouve confrontée en 1793 : invasion étrangère, guerre civile en Vendée...