Se préparer à un contrôle sur la Guerre Froide.


SOMMAIRE

I. Ce qu’il faut retenir du chapitre.

II. Pour tester ses connaissances.

III. Quelques exemples de sujets.


 

I. CE QU’IL FAUT RETENIR DU CHAPITRE.

L’étude de la Guerre Froide n’est pas à elle seule un chapitre du programme de 3eme. Elle s’intègre dans une leçon beaucoup plus vaste permettant aux élèves de comprendre l’élaboration et la construction du monde actuel. Les relations difficiles qu’entretiennent les Etats-Unis et l’URSS au lendemain de la victoire sur le nazisme expliquent certes l’organisation des rapports internationaux d’aujourd’hui. Mais ce serait faire erreur que d’ignorer le rôle tout aussi considérable de la décolonisation des années 1950- 1960 quand on essaye de découvrir les clés permettant de mieux cerner les réalités de notre époque.

Cela dit, il n’en demeure pas moins que la longue rivalité américano- soviétique a durablement marqué les esprits. Que l’on songe aux discours de John Kennedy, aux actualités cinématographiques, dont il faut garder en mémoire qu’elles sont l’œuvre d’une propagande partisane, aux articles de journaux, aux caricatures, aux archives militaires encore inaccessibles, les historiens à venir auront à leur disposition des milliers de documents pour mieux apprécier les enjeux de quatre décennies de tension.

La Guerre Froide inscrit aussi son souvenir dans le paysage. Jusqu’en 1989, le Mur de Berlin rappelait par sa présence qu’entre l’Ouest et l’Est, aucun dialogue ne semblait possible. Aujourd’hui, la frontière hermétique et militarisée qui sépare les deux Corée l’une de l’autre est peut être le dernier héritage de période troublée durant laquelle des millions de personnes ont vécu sous la menace d’un conflit nucléaire.

La rivalité entre les deux puissances n’éclate pas brutalement en 1945. Les sujets de discorde sont déjà nombreux pendant la Seconde Guerre Mondiale. Entre Américains et Soviétiques, la méfiance est évidente. Méfiance que les dirigeants nazis ressentent et qu’ils essayent d’utiliser à leur profit sans succès. L’alliance contre le fascisme demeure solide.

La rupture est consommée quand Truman présente à la presse internationale les principes du plan Marshall : aide financière accordée aux pays qui en font la demande en échange de leur adhésion à l’OTAN, une alliance militaire clairement tournée contre les intérêts soviétiques. (1947).

Les Soviétiques proposent à leur tour un soutien financier aux états qui accepteraient de participer au Pacte de Varsovie (1955), version communiste de l’OTAN, dont le rôle est d’exercer une pression constante sur les Etats- Unis.

Chaque pays rejoint l’un des deux camps : le monde de l’après guerre se construit autour des blocs est et ouest. Les Etats-Unis réunissent sous leur influence les pays du continent américain, d’Europe occidentale, le Japon, l’Australie. L’URSS rassemble autour d’elle la partie orientale d’Europe, la Chine.

La Guerre Froide engendre un monde parcouru de vives tensions. Le spectre d’un conflit nucléaire, le souvenir des catastrophes d’Hiroshima et de Nagasaki sont assez puissants dans les esprits pour que les deux géants évitent par tous les moyens d’en arriver à un affrontement direct. Mais trois crises internationales, dont la gravité n’échappe à aucun dirigeant politique de l’époque, conduisent le monde au bord du gouffre :

  • La crise de Berlin, en 1948 : malgré le blocus de Staline sur la capitale allemande, l’aviation anglo-américaine poursuit le ravitaillement de la population des quartiers occidentaux par un pont aérien, menaçant l’URSS si un appareil venait à être abattu en mission.
  • La guerre de Corée (1950-1953). L’attaque des troupes nord-coréennes en Corée du Sud pour y imposer un régime communiste précipite l’escalade de la violence. Les Etats-Unis envoient un corps expéditionnaire de Marines soutenir la Corée du Sud. De leur côté, les Nord- Coréens obtiennent l’appui de renforts chinois et une aide matérielle des Soviétiques. Le conflit se poursuit trois ans pour aboutir à un statut quo.
  • La crise de Cuba en Octobre 1962 : l’installation de rampes utilisées pour le lancement de missiles soviétiques à Cuba ranime l’angoisse d’une troisième guerre mondiale. Au bout de trois semaines d’intenses négociations au cours desquelles Kennedy menace d’avoir recours à la force armée, Khrouchtchev finit par céder aux exigences du dirigeant américain et retire ses installations militaires de l’île.

La crise de Cuba est telle que les deux Grands choisissent de s’engager sur la voie d’un rapprochement diplomatique : organisation de conférences sur le démantèlement des armes les plus dangereuses, voyage officiel de Nixon à Pékin (Ou de Khrouchtchev aux Etats-Unis et en France à la fin des années 50).

Ce rapprochement est d’autant plus nécessaire que la cohésion interne des deux blocs se fissure :

  • Dans le camp communiste, la Chine prend ses distances : Mao souhaite conduire son pays sur une voie qui n’est pas celle de Moscou. La rupture devient complète en 1959 quand se produisent quelques accrochages entre Chinois et Soviétiques le long de la frontière.
  • Dans le camp occidental, la France de Charles De Gaulle accepte mal l’influence pesante du géant américain. L’Homme du 18 Juin obtient le retrait du pays de l’OTAN et mène une politique internationale indépendante.

L’époque de la détente ne se prolonge pas au-delà de la fin des années 1970. Aux Etats-Unis, l’élection à la présidence de Ronald Reagan modifie la politique internationale du pays. Celui-ci accepte mal le recul de l’influence américaine en Asie au lendemain de l’évacuation du Vietnam (1975) et les progrès réalisés par l’Union Soviétique en Afrique, la décolonisation achevée.

Les relations se tendent donc à nouveau, particulièrement quand l’URSS envahit l’Afghanistan en Décembre 1979. Cette nouvelle période de tension, que l’on appelle généralement « la Guerre Fraîche », est marquée par l’affaire des Euromissiles. L’arrivée de Gorbatchev au pouvoir en URSS en 1985 radoucit à nouveau les rapports entre les deux puissances. Six ans plus tard, en 1991, à bout de souffle, ruinée par une crise économique que le pouvoir ne peut plus enrayer, agitée par de nombreuses convulsions politiques, ébranlée aussi par le reflux du communisme dans les pays d’Europe de l’Est (Révolution en Roumanie en Décembre 1989, par exemple...), l’Union Soviétique disparaît.

Les Etats-Unis sont désormais la seule superpuissance de la planète. La Guerre Froide s’achève à cette date.

II. POUR TESTER SES CONNAISSANCES.

1) Je peux donner la définition des mots suivants.

Guerre Froide, Bloc Est, Bloc Ouest, Plan Marshall, Pacte de Varsovie, OTAN, monde bipolaire, Détente, Euromissiles, Guerre Fraîche.

2) Je peux dater les évènements suivants.

- Mise en place du Plan Marshall.

- Création de l’OTAN

- Organisation du Pacte de Varsovie.

- Crise de Berlin.

- Guerre de Corée.

- Crise de Cuba.

- Conférence d’Helsinki

- Disparition de l’URSS.

3) Je connais la biographie de Kennedy.

- Ses dates : 1917-1963

- Ses origines : issu d’une famille de Catholiques irlandais, il entre dans la Marine et combat sur le front du Pacifique pendant la seconde guerre mondiale.

- Blessé au cours d’une opération militaire, il rentre aux Etats-Unis et se lance dans une carrière politique. Il obtient un siège au congrès avant de se présenter aux élections présidentielles comme candidat du parti démocrate. Il est élu en 1960.

- Il s’oppose à son rival Khrouchtchev lors de la crise de Cuba, effectue des voyages diplomatiques en Europe de l’Ouest, dont un demeuré célèbre à Berlin. Il soutient le premier l’idée d’une intervention américaine au Vietnam, proche de basculer dans le camp soviétique. Ses préoccupations ne varient pas jusqu’à sa mort : contenir les progrès du communisme, particulièrement en Asie.

- Il est assassiné le 22 Novembre 1963, à Dallas, dans des conditions demeurées mystérieuses.

4) Je sais renseigner une carte du monde à l’époque de la Guerre Froide.

Sur cette carte, je peux :

- Indiquer les pays appartenant au bloc ouest.

- Indiquer les pays appartenant au bloc est.

- Localiser les principales régions de tension entre les Etats-Unis et l’URSS.

5) Je sais répondre aux questions suivantes :

- Quelles sont les causes de la Guerre Froide ?

- Quelles sont les trois grandes crises internationales qui menacent la paix mondiale ?

- En quoi consiste le Plan Marshall ? Le pacte de Varsovie ?

- Qu’est ce que l’OTAN ?

- Comment évoluent les relations américano- soviétiques au lendemain de la crise de Cuba ?

- Quel évènement met fin à la Guerre Froide ? Pourquoi ?

- Qu’est ce que le monde bipolaire ?

III. QUELQUES EXEMPLES DE SUJETS.

Plusieurs sujets peuvent faire l’objet d’un paragraphe argumenté au brevet ou en contrôle. En voici quelques uns.

« Les causes de la Guerre Froide. »

« Les relations entre les Etats-Unis et l’URSS de 1945 à 1991 »

« Les grandes crises de la Guerre Froide »

« L’organisation du monde à l’époque de la Guerre Froide »

« La construction des blocs »

« Le bloc ouest à l’époque de la Guerre Froide. »

« Le bloc est à l’époque de la Guerre Froide »

De très nombreux documents peuvent être soumis à la réflexion de l’élève et faire l’objet de nombreuses questions.

- Des discours télévisés ou radio : par exemple celui de Kennedy prononcé lors de la crise de Cuba demandant à Khrouchtchev de retirer ses missiles, celui de Truman présentant les principes du plan Marshall.....

- Des photographies d’époque prises lors des grandes crises internationales (Berlin, 1948. Cuba, 1962)

- Des affiches de propagande antisoviétiques ou anti-américaines

- Les gros titres de quelques journaux au moment des évènements les plus marquants de la Guerre Froide.