Se préparer à un contrôle sur les cadres politiques de la société médiévale.


SOMMAIRE

I. Ce qu’il faut retenir du chapitre.

II. Pour tester ses connaissances.

III. Quelques exemples de sujets.


I. LE RESUME DU CHAPITRE.

1°) La période féodale : des rois faibles, des seigneurs puissants.

A l’époque du Moyen Age, les souverains d’Occident n’ont que peu de pouvoirs. Ils étendent leur autorité sur de modestes territoires appartenant à ce que l’on appelle le domaine royal. En revanche, les seigneurs sont beaucoup plus puissants. Ils règnent en toute indépendance sur leurs fiefs et n’acceptent pas l’obéissance que les rois souhaitent leur imposer. Ils prélèvent pour eux-mêmes les impôts et rendent la justice.

Le X° siècle est une période de violences : les guerres entre barons sont fréquentes et entretiennent un climat constant d’insécurité. Les seigneurs prennent donc l’habitude de s’entourer de vassaux. Il s’agit le plus souvent de chevaliers s’engageant au service d’un suzerain. En échange du fief qu’il reçoit de son maître, le vassal promet soumission, fidélité et aide militaire. La cérémonie de l’hommage est l’instant solennel au cours duquel un guerrier se lie à son seigneur par un baiser. En déposant leurs mains l’une dans l’autre, les deux personnages indiquent aux leurs l’amitié réciproque qu’ils éprouvent.

2°) Le seigneur et ses paysans.

La seigneurie est l’ensemble des terres sur lesquelles un chevalier, un baron ou le roi lui-même impose son autorité.

Le château en est le bâtiment essentiel : il est visible de loin, il symbolise le pouvoir du châtelain et offre aux populations locales une protection salutaire en cas de conflit.

Un village réunit l’église et les chaumières des paysans. Ces derniers cultivent des champs, les tenures, qu’ils louent au seigneur en échange d’un impôt, le cens. (Payé en nature ou en argent). Pour cuire le pain, moudre la farine ou accomplir les vendanges de l’automne, ils utilisent le four, le pressoir ou le moulin que le maître a fait construire. Ils doivent alors s’acquitter d’une taxe, les banalités.

Le métier des armes demande beaucoup de temps. Le seigneur n’a donc pas le loisir d’entretenir les terres qu’il possède personnellement (La réserve). Chaque année, il demande à ses paysans de venir travailler pour lui pendant quelques jours, surtout au moment des récoltes. Ce sont les corvées.

Certains paysans ne peuvent pas quitter la seigneurie sur laquelle ils sont nés. On les appelle les serfs. Lorsque l’un d’eux souhaite se marier ou s’établir ailleurs, il lui faut obtenir l’autorisation du châtelain et verser une somme d’argent.

L’existence des paysans est monotone. Sur la seigneurie, le quotidien ne varie pas : les travaux des champs se succèdent tout au long des mois, selon un calendrier précis : corvées, récoltes, vendanges, soins portés aux bêtes....

Les chaumières du village manquent de confort : les murs de torchis (Boue séchée) et les toits de chaume ne protègent pas des grands froids. La simplicité des demeures nous surprend aujourd’hui : une pièce unique où la famille se réunit pour les repas et les veillées autour d’un âtre. Le mobilier est très ordinaire : un coffre ordinaire contenant linge et vaisselle, quelques tabourets, une table, un grand lit.

La société du Moyen Age a peu de considération pour les paysans. Dans l’une des œuvres les plus célèbres de l’époque, Le Roman de Renart, l’auteur, demeuré anonyme, se moque des campagnards à qui il prête de multiples défauts : bêtise, ridicule, maladresse....

Néanmoins, les seigneurs savent qu’ils doivent beaucoup au labeur de leurs serfs. Bien que parfois très sévère et cruel, le châtelain défend ses gens : il leur apporte aide et protection quand il le faut.

3°) Le chevalier, un guerrier au service de l’Eglise.

Les chevaliers connaissent bien le métier des armes. Au cours de la cérémonie de l’adoubement, ils reçoivent leur épée, leurs éperons. Ils s’engagent aussi à respecter les recommandations de l’Eglise : ne jamais attaquer de religieux, défendre la veuve et l’orphelin, obéir au suzerain, mettre ses armes au service des plus pauvres.

Les chevaliers développent d’impressionnantes capacités physiques : lors des combats, ils portent un lourd équipement : la cotte de mailles, l’armure, le haubert, le heaume, le bouclier, la lance.

Les entraînements sportifs sont réguliers : les tournois et les joutes offrent à chaque participant l’occasion de démontrer sa puissance, son adresse et son agilité.

Un écrivain très connu du XII° siècle, Chrétien de Troyes, a laissé derrière lui de nombreux romans. Les personnages principaux de son œuvre sont des hommes de guerre : Lancelot, Perceval, Arthur. A travers ses récits, l’auteur expose les qualités morales du chevalier idéal.

4°) Les villes du Moyen Age.

Au Moyen-Age, les villes sont peu nombreuses. Elles s’enferment à l’intérieur de murailles qui offrent aux citadins une protection nécessaire lors des conflits.

La religion chrétienne marque profondément le paysage urbain : cathédrale de l’évêque, églises secondaires, couvents....

Le seigneur de la ville (Un baron, un comte, le roi lui-même ou parfois un ecclésiastique important...) possède un château d’où il conduit les affaires municipales.

Les rues sont étroites, sales et très encombrées. L’utilisation du bois pour la construction des maisons est souvent à l’origine d’incendies meurtriers.

Certains quartiers sont consacrés à des activités économiques précises : artisanat, commerce. Souvent, de vastes halles (Marché) attirent des campagnes voisines les paysans venus vendre une partie de leurs récoltes.

5°) Les crises de la fin du Moyen Age.

Aux XIV° et XV° siècles, trois fléaux frappent l’Occident violemment.

- Les guerres sont continuelles et ravagent les royaumes. Les populations rurales en sont les victimes malheureuses : pillages des soldats, destruction des villages et des champs, massacres....

- Les famines emportent aussi des milliers de personnes. Les rigueurs du climat (Pluies, froids, sécheresse...) rendent les récoltes très aléatoires d’une année sur l’autre.

- La peste est une maladie mortelle que l’on ne sait pas soigner. Les épidémies sont fréquentes et très meurtrières, comme en 1348. Le manque d’hygiène et les progrès insignifiants de la médecine exposent les sociétés du Moyen Age au fléau.

Une affreuse crise morale touche les pays occidentaux dans les derniers siècles de la période médiévale : la présence quotidienne de la mort jette dans le cœur des hommes un sentiment de peur permanent. Les artistes expriment au travers des œuvres qu’ils réalisent l’inquiétude de leurs contemporains. L’Eglise attribue à la colère divine la responsabilité des malheurs du temps. La perspective des tourments de l’enfer et de la damnation éternelle n’a jamais autant effrayé.

II. POUR TESTER SES CONNAISSANCES.

1°) Je peux donner la définition des mots suivants.

- Féodalité, seigneur, vassal, suzerain, fief, hommage, serf, seigneurie, tenures, réserves, banalités, cens, corvées, adoubement....

2°) Je peux légender le schéma d’une seigneurie.

Sur ce schéma, je peux placer les mots suivants :

- Les tenures, la réserve, le château, le village, les bâtiments économiques (Moulin, four, pressoir...).

3°) Je peux répondre aux questions suivantes :

- Qu’est ce que la féodalité ?

- Quelles sont les obligations du vassal ?

- En quoi consiste la cérémonie de l’hommage ?

- Comment fonctionne une seigneurie ?

- Quelle vie mènent les paysans du Moyen Age ?

- De quelle manière le seigneur impose-t-il son autorité sur ses paysans ?

- Pourquoi la ville du Moyen Age ne ressemble-t-elle pas à nos villes modernes ?

- Qui rencontre-t-on dans une ville médiévale ?

- Quels sont les lieux essentiels de la ville du Moyen Age ?

III. Quelques exemples de sujets.

Plusieurs types de documents peuvent faire l’objet de questions au cours d’un contrôle en classe.

- Des textes médiévaux : une charte précisant les obligations du seigneur et du paysan (Impôts, corvées...). Le témoignage d’un clerc à propos d’un chevalier. Un extrait de roman courtois (Ceux de Chrétien de Troyes...) exposant les valeurs morales du chevalier idéal. Ou bien un passage du Roman de Renart : l’élève peut y découvrir les grands principes et les caractères de la société médiévale.

- Des miniatures d’époque (Illustrations) présentant les travaux agricoles d’un paysan au cours de l’année, une scène d’adoubement ou de tournoi, un moment de la cérémonie de l’hommage entre le seigneur et son vassal.

- Un plan de ville (Où il faut pouvoir replacer quelques bâtiments importants- cathédrale, château, halles, remparts) ou de seigneurie.