Se préparer à un contrôle sur les Grandes Découvertes.


SOMMAIRE

I. Ce qu’il faut retenir du chapitre.

II. Pour tester ses connaissances.

III. Quelques exemples de sujets.


I. CE QU’IL FAUT RETENIR DE CE CHAPITRE.

1°) A l’ origine des grands voyages maritimes.

A la fin du XV° siècle, des marins courageux s’engagent sur les océans.

- L’invention puis l’utilisation de nouvelles techniques de navigation permettent aux hommes de se repérer plus facilement sur les immensités de l’Atlantique : la boussole (Bien connue des Musulmans) mais aussi l’astrolabe. La réalisation de bateaux adaptés, les caravelles, encourage les curieux à découvrir le monde.

- L’installation des Turcs aux portes de l’Occident, après la disparition de l’empire byzantin, bloque les routes d’Extrême Orient. Les commerçants chrétiens ne peuvent plus rejoindre la lointaine Asie. Des navigateurs pensent alors pouvoir découvrir une voie maritime qui permettrait d’aborder les rivages de Chine.

- La curiosité des aventuriers est puissante : beaucoup espèrent révéler la présence de contrées encore inconnues. L’Eglise s’intéresse particulièrement aux expéditions parce qu’elle souhaite diffuser et délivrer le message du Christ aux populations ignorantes. Théologiens et religieux estiment même qu’il est possible de retrouver le Paradis décrit par la Bible.

 

2°) A la découverte de nouvelles civilisations.

Les Portugais sont les premiers à s’engager sur mer. Des voyages périlleux et incertains les mènent jusqu’au Sud de l’Afrique où ils établissent quelques comptoirs commerciaux. Vasco de Gama atteint l’Inde et franchit le Cap de Bonne Espérance. Nul ne l’avait fait avant lui. Magellan accomplit plus tard le premier tour du monde de l’histoire. Son expédition nécessite plusieurs années. (Il meurt au cours d’un accrochage avec les indigènes sur le chemin du retour).

Un Génois, Christophe Colomb, propose aux souverains d’Espagne, Isabelle et Ferdinand, l’exploration d’un passage maritime pour l’Extrême Orient. Le couple royal se laisse convaincre et accepte le projet. En Octobre 1492, les trois caravelles du navigateur abordent les premières îles du continent américain. Convaincu d’être en Asie (Les hommes du XVI° siècle appellent ce continent Les Indes), Colomb baptise les habitants qu’il rencontre du nom d’ « indiens ». Il meurt en 1506, épuisé par trois autres voyages.

Après lui, les Conquistadores (Les conquérants) s’enfoncent dans les profondeurs du Nouveau Monde. Cortès pénètre au Mexique et rencontre la prestigieuse civilisation des Aztèques. Son compatriote, Pizarro se risque à travers la cordillère des Andes et découvre le puissant empire inca.

L’Amérique attire aussi la curiosité d’explorateurs anglais ou français : au siècle suivant, de célèbres aventuriers débarquent au Canada ou sur la côte est des Etats-Unis.  

 

3°) Les grandes découvertes bouleversent l’économie occidentale.

Les Conquistadores rapportent de leurs voyages des richesses inestimables. Les métaux précieux arrivés des Antilles, du Mexique ou du Pérou animent l’économie occidentale. L’Espagne est au XVI° siècle un pays très puissant, elle impose son autorité sur un vaste empire colonial, en Amérique du Sud. Les souverains de la péninsule ibérique sont les plus fortunés du continent : ils entretiennent une redoutable armée et embellissent leurs palais. L’Europe entre dans une longue période de prospérité. 

 

4°) Les Européens s’interrogent sur les Indiens.

Les Espagnols découvrent en Amérique des populations aux mœurs étranges. Les coutumes religieuses des Aztèques et des Incas effrayent les Conquistadores (Les civilisations précolombiennes pratiquent les sacrifices humains). Des missionnaires convaincus traversent l’Océan et apportent aux indigènes le message du Christ.

Entre Européens et Indiens, les incompréhensions sont nombreuses. Les violences succèdent bientôt à la curiosité pacifique des premières rencontres. Les Espagnols détruisent les civilisations du Mexique ou des Andes. Les populations vaincues sont réduites en esclavage et employées dans les mines d’argent du Potosi. Les épidémies mortelles, que les conquérants ont apportées avec eux et contre lesquelles les Indiens ne sont pas protégés, emportent des milliers de victimes.

En Occident, des hommes d’Eglise s’interrogent sur les peuples américains : sont-ils les égaux des Européens ? Ont-ils une âme ? Doit-on les convertir au christianisme par la force ? Peut-on les soumettre à la servitude ?
En 1550, la controverse de Valladolid (C’est-à-dire le débat que l’on organise dans un monastère de cette ville espagnole), oppose deux intellectuels réputés de l’époque.

- D’une part, Bartolomé de Las Casas, un moine, soutient que les Indiens ont été crées par Dieu à l’égal des Chrétiens. On ne peut donc ni les massacrer, ni les traiter en esclaves, ni les convertir par la force.

- D’autre part, Sépulvéda, philosophe, avance que les peuples américains sont inférieurs aux Espagnols. Les coutumes qu’ils observent offensent Dieu. Il est donc possible d’user de la force sur eux et de les contraindre, par la force si nécessaire, à embrasser la foi catholique.

Finalement, le Pape se range à l’avis de Las Casas et recommande à l’égard des indigènes le respect qu’ils méritent. Puisqu’on ne peut les réduire à la servitude, l’Eglise autorise alors la déportation d’Africains sur les grandes plantations coloniales.

II. POUR TESTER SES CONNAISSANCES.

1°) Je peux donner la signification des mots suivants :

Caravelles, Conquistadores, boussole, astrolabe, indigènes, Aztèques, Incas.

 

2°) Je peux donner la date des évènements suivants :

- La découverte de l’Amérique par Christophe Colomb.

- La découverte des empires aztèque et inca (Le siècle).

 

3°) Je connais la biographie de Christophe Colomb.

-Ses dates : 1451- 1506.

-Sa jeunesse : il est issu d’une famille de marchands italiens. Il admire la carrière du prestigieux Marco Polo et connaît par cœur le récit de son existence tumultueuse, Le Livre des Merveilles. Il se perfectionne dans la navigation. 

- Son ambition : il rêve de découvrir un passage maritime permettant d’aborder les rivages asiatiques. La reine d’Espagne, Isabelle de Castille, s’intéresse à son projet.

- Ses découvertes : Un premier voyage lui permet de débarquer sur quelques îles antillaises (Cuba…). Une seconde expédition offre aux Espagnols l’occasion d’explorer d’autres terres : la Jamaïque, la Guadeloupe (1493). Colomb s’embarque une troisième fois pour l’Amérique et aborde les côtes du Venezuela (1498-1500). Son dernier voyage (Le quatrième) le conduit jusqu’à Panama. Il pense alors se trouver en Malaisie. (1502-1504).

- Une fin de vie difficile : Colomb est excellent marin mais il éprouve bien du mal à administrer les territoires qu’il découvre. Confronté aux révoltes de tribus indiennes que les convoitises de ses compagnons ont déclenchées, il doit retourner en Espagne. Ses maladresses lui valent même un séjour en prison. Il meurt en 1506, abandonné de tous.

 

4°) Sur une carte du monde je peux indiquer :

- Les territoires découverts par les Espagnols

- Les territoires découverts par les Français et les Anglais.

 

5°) Je peux répondre aux questions suivantes :

 

- Quelles sont les causes des grands voyages maritimes à la fin du Moyen Age ?

- Pourquoi dit-on que l’Espagne est le royaume le plus puissant du XVI° siècle ?

- Qui sont les Conquistadores ?

- Quelles sont les conséquences de la découverte de l’Amérique en Europe ?

- Quelle est l’attitude des Européens quand ils rencontrent les Indiens ?

- Quelle erreur commet Christophe Colomb quand il aborde les côtes antillaises ?

 

III. DES EXEMPLES DE SUJETS.

Lors d’un contrôle sur ce chapitre, je peux répondre à des questions en utilisant les documents suivants :

- Des cartes indiquant les empires coloniaux européens en Amérique ou le tracé des longs voyages entrepris par les premiers navigateurs.

- Des gravures d’époque montrant la rencontre entre Européens et Indiens.

- Des textes du XVI° siècle évoquant les conditions d’existence des Indiens réduits en esclavage ou massacrés par les Européens.