Collège Robert Doisneau
2, place Jean renoir GONESSE

Categories

Accueil > Ressources > Orientation & Stage > Rédiger son rapport de stage : comment s’y prendre ?

23 novembre 2005

Rédiger son rapport de stage : comment s’y prendre ?

Au terme de la semaine de stage accomplie par les élèves de 3ème, il faut songer à rédiger le rapport qui présente l’entreprise dans laquelle on a été accueilli, son personnel et ses activités. Construire un rapport de stage n’est pas forcément simple surtout si l’on n’a jamais eu encore l’occasion de réaliser ce type d’exercice.

L’un des premiers conseils que l’on pourrait donner est de ne pas tarder à se mettre au travail. Dès son retour au collège, il faut réfléchir sur la production que l’on va rendre, tant que les informations enregistrées au cours du stage sont encore fraîches dans la mémoire. Il n’est donc pas question d’attendre la semaine précédente la remise des travaux pour commencer à s’interroger sur la manière de s’y prendre. Il serait déjà bien trop tard : on ne pourrait rendre qu’un ouvrage bâclé, mal écrit et donc ... mal noté !!!!


SOMMAIRE

I. Quelle présentation doit avoir mon travail ?

II. Que doit-on trouver dans mon rapport ?

III. De quoi dois-je parler dans mon rapport ?

IV. Mon rapport doit-il être illustré ?

V. Et si j’ai des difficultés pour rédiger mon rapport ?


 

I) QUELLE PRESENTATION DOIT AVOIR MON TRAVAIL ?

Il n’y a pas une seule façon de faire possible. L’élève est libre de présenter son rapport de la manière qui lui semble la plus adaptée. Il faut cependant garder en mémoire quelques grandes règles à ne pas transgresser.

  • On peut prendre le parti de taper son document à l’ordinateur, ce qui est recommandé. Mais, bien évidemment, aucun élève ne sera sanctionné s’il choisit d’écrire son rapport à la main, au stylo. Quelle que soit la manière de procéder, l’orthographe, l’expression, la construction des phrases seront évalués avec rigueur. Il est donc fortement indiqué de relire son travail ou de le faire lire par une personne de son entourage pour y apporter les dernières corrections.
  • On ne demande pas que le rapport soit d’une longueur excessive. Une trentaine de pages suffisent amplement. Le travail peut être certes un plus court que cela mais il n’est évidemment pas question de rendre quelque chose qui soit inférieur à une dizaine de feuilles, contenue sur une copie double. Dans ces conditions, sans surprise, la note serait elle-même très courte !!!!
  • Dans l’idéal, il est souhaitable que le rapport prenne la forme d’un livre. Cette présentation est la plus rigoureuse et la plus adaptée. Il est possible de procéder de plusieurs façons différentes. On peut glisser chaque feuille du document dans un lutin classique. On peut aussi faire relier son travail dans une librairie. On peut également utiliser un cahier-classeur. Par contre, l’agrafage des pages n’est pas recommandé car celles-ci pourraient se détacher et se perdre. L’élève reste libre de s’organiser comme il le souhaite. L’essentiel est que l’ensemble demeure clair, propre et bien présenté.

sommaire

II) QUE DOIT-ON TROUVER DANS MON RAPPORT ?

- La première page du travail est obligatoirement consacrée au titre qui lui est donné. On doit y trouver les renseignements suivants : l’intitulé de l’entreprise dans laquelle s’est déroulé le stage, les nom et prénom de l’auteur, sa classe, l’année scolaire, l’indication du collège... Une fois encore, l’élève est libre de procéder comme il lui convient, l’essentiel étant que le tout soit ordonné de manière logique.

- La seconde page du rapport peut être destinée aux remerciements que l’on formule aux personnes qui ont accueilli l’élève dans l’entreprise. Cela n’est pas imposé mais penser à le faire est marque de courtoisie. De simples remerciements suffisent, il n’est donc pas besoin d’être excessif dans ses propos : on mettrait alors en doute la sincérité de l’élève...

- En revanche, il est obligatoire de trouver au début du travail un sommaire qui renvoie aux grandes parties du rapport. Il est donc important de numéroter les pages de sa production. La encore, l’élève reste libre dans la façon d’organiser les choses, à partir du moment où le tout s’arrange logiquement et clairement.

sommaire

III) DE QUOI DOIS-JE PARLER DANS MON RAPPORT ?

Un rapport est un travail construit au cours duquel l’élève doit montrer à son lecteur ses capacités à organiser, classer, hiérarchiser les informations qu’il apporte. Il est donc nécessaire de bâtir sa réflexion autour de grands thèmes qui seront évalués.

1 - La présentation de l’entreprise.

Il s’agit d’une partie essentielle du rapport dans laquelle l’élève doit décrire à son correcteur l’entreprise dans laquelle il a réalisé son stage.

  • Les activités de cette entreprise : vente, restauration, etc.
  • Le personnel travaillant dans cette entreprise : le nombre de personnes, la fonction de chacun....Il est judicieux de construire à ce moment du travail un organigramme de l’entreprise indiquant la place de chacun dans l’ensemble...
  • L’historique de l’entreprise : sa date de création, les changements intervenus au cours des années dans les activités, le personnel...

2 - Un compte-rendu de ce que l’on a fait au cours du stage.

Il ne s’agit pas, comme trop d’élève le font, de raconter jour par jour, heure par heure, ce que l’on a fait comme un journal de bord. Si l’on a eu la chance de faire des choses très différentes au cours du stage, il faut s’efforcer de classer les informations que l’on apporte.

  • Si l’on a visité plusieurs secteurs de l’entreprise, il faut mentionner pour chaque service découvert les quelques informations qui semblent importantes : en quoi consiste le travail du service ? Qui y travaille ? Comment s’organise le travail ? Les horaires sont-ils plus lourds qu’ailleurs ?
  • Si l’on a accompli différentes tâches au cours du stage, il ne faut pas hésiter à le dire : en quoi consistait mon travail ? Avec qui travaillais-je ? Où cela ?...

3 - Ce qui m’a plu, ce qui ne m’a pas plus.

Dans le rapport, il est aussi très important de consacrer une partie entière à noter les impressions ressenties au cours du stage.

Il faut donc indiquer ce qui a plu et pour quelle raison. Mais, si c’est le cas, il ne faut pas non plus hésiter à exprimer sa déception, son étonnement... Là aussi, il est très important d’expliquer au lecteur pour quelle raison telle ou telle chose n’a pas fonctionné comme on le souhaitait.

  • Si le stage a répondu aux attentes de l’élève, il faut que celui-ci donne les raisons de sa satisfaction. Il se peut même que le stage lui ait donné l’envie de pratiquer le métier plus tard. C’est une information intéressante à noter dans ce cas.
  • Si le stage n’a pas répondu aux attentes de l’élève, il faut également que celui-ci donne les raisons de sa déception, en n’oubliant pas cependant qu’il doit rester courtois et mesuré (!!!!!!). Il se peut que cette expérience le fasse changer d’avis sur la profession qu’il envisageait de pratiquer. Dans ce cas, il est vivement recommandé de le souligner.

sommaire

IV) MON RAPPORT DOIT-IL ETRE ILLUSTRE ?

Il est en effet souhaitable que le rapport soit illustré pour gagner en originalité. Mais les documents que l’on choisit de mettre dans son travail doivent correspondre au texte écrit. Si un document n’a aucune relation directe avec ce qui est dit, il vaut mieux s’abstenir de le présenter. Attention également de ne pas multiplier à l’excès les illustrations, les schémas, les graphiques, les photographies... Un rapport n’est pas un livre d’images, aussi belles soient-elles... C’est avant tout un travail écrit.

Quels documents peut-on glisser dans son rapport ?

a) Des graphiques, des schémas : évolution du chiffre d’affaire de l’entreprise, organisation du personnel, bilan des ventes, etc.

b) Des documents comptables : factures, bordereaux de commandes, d’achats, de livraisons.....

c) Des photographies des lieux de l’entreprise, des différents rayons, services, etc.

Ce ne sont que des exemples parmi tant d’autres... En revanche, il ne faut pas oublier de faire un rapide commentaire en quelques lignes des documents que l’on présente pour la compréhension du lecteur.

sommaire

V) ET SI J’AI DES DIFFICULTES POUR REDIGER MON RAPPORT ?

Dans la mesure où ce rapport est le premier pour des élèves de 3ème, il est normal que certains rencontrent des problèmes particuliers et s’interrogent sur la présentation ou le contenu de leur travail.

Dans ce cas, il ne faut pas hésiter à venir en parler aux professeurs du collège (Français par exemple si les soucis viennent de la rédaction...) qui pourront certainement apporter l’aide nécessaire ou les encouragements qui rassurent...

Mais, en aucun cas, il ne faut attendre la dernière minute pour se préoccuper du rapport. Et si certains, mais cela n’arrivera pas bien sûr, choisissaient de ne rien rendre, la sanction serait la même pour tous : un zéro inscrit sur le bulletin trimestriel... Il est donc préférable de remettre un travail imparfait mais qui a au moins le mérite de montrer les efforts que l’on a consenti...

Bon courage à tous !

sommaire

Partager