Collège Robert Doisneau
2, place Jean renoir GONESSE

Categories

Accueil > Ressources > Orientation & Stage > Préparer son entrée en Seconde générale.

7 décembre 2005

Préparer son entrée en Seconde générale.


SOMMAIRE

I. Quand s’inscrire au lycée ?

II. Le lycée fonctionne-t-il comme le collège ?

III. Comment se déroule un cours en lycée ?

IV. Qu’apprend-t-on au lycée ?

V. Et après la Seconde ?


A la fin d’une année de troisième, de nombreux élèves sont orientés en classe de Seconde générale. Le passage du collège au lycée est une étape importante à franchir et parfois difficile à négocier. Le nouveau lycéen découvre un autre établissement, d’autres professeurs, d’autres camarades. Le lycée impressionne souvent par ses dimensions, l’ambiance qui peut y régner : il faut acquérir rapidement des repères qui ne sont plus ceux du collège. On peut y ressentir une certaine impression d’anonymat parce que les effectifs par classe sont plus lourds ; parce que les enseignants n’ont plus forcément les mêmes attitudes que les professeurs de 3eme que l’on vient de quitter et que l’on connaissait parfois depuis plusieurs années.

Cela dit, après un temps d’adaptation nécessaire, les élèves s’habituent à leur nouveau cadre de vie et c’est souvent avec regret qu’ils quittent le lycée, le baccalauréat en poche. Comme toute autre étape marquante dans la scolarité d’un jeune adolescent, l’entrée en Seconde se prépare et demande que l’on y réfléchisse.

 

I. QUAND S’INSCRIRE AU LYCEE ?

C’est au cours du conseil de classe du troisième trimestre que les professeurs décident ou non l’admission d’un collégien en Seconde générale. Parfois, en cas de désaccord lors d’une proposition de redoublement, c’est la commission d’appel qui donne un avis définitif sur le passage en lycée.

L’inscription dans le nouvel établissement s’effectue toujours dans les premiers jours du mois de Juillet, après le Brevet. Au préalable, le principal du collège a fait parvenir au proviseur du lycée les dossiers scolaires des élèves admis en Seconde dans le courant de Juin. Ce dernier indique alors la date précise à laquelle il faut venir retirer le dossier d’inscription à remplir. Cette information est souvent transmise par le professeur principal de 3eme à la fin Juin. Les élèves disposent en général d’une semaine pour fournir les papiers que le lycée réclame accompagnés des formulaires remplis. Il faut ensuite rapporter le tout à une date fixée, également portée à la connaissance des familles. Attention à ne pas dépasser les délais imposés car l’inscription risquerait d’être refusée.

En tous les cas, la première quinzaine de Juillet écoulée, l’élève doit absolument savoir s’il est accepté ou non dans son nouvel établissement.

sommaire

II. UN LYCEE FONCTIONNE-T-IL COMME UN COLLEGE ?

Il n’y a pas grande différence entre le fonctionnement du lycée et celui du collège. Les élèves sont soumis aux mêmes obligations scolaires : assiduité en cours, ponctualité, justification des retards ou des absences par le biais du carnet de correspondance.

A la tête du lycée, le proviseur, aidé dans son travail du proviseur-adjoint. Comme le principal du collège, il dirige son établissement en accomplissant un lourd travail. Le secrétariat et l’intendance ont en charge la gestion administrative et financière. C’est ici que l’on vient déposer ou réclamer divers documents (Certificats de scolarité), faire les démarches nécessaires à l’obtention d’une bourse d’études, etc.

L’équipe enseignante compte en général une centaine de professeurs. Ceux-ci travaillent de concert avec la vie scolaire. Les effectifs très lourds nécessitent souvent la présence de deux voire trois conseillers principaux d’éducation qui veillent eux aussi à la bonne gestion du lycée : suivi des élèves posant problème, intervention lors de conflits graves ou de violences, relations avec les familles pour divers motifs. Plusieurs surveillants sont chargés de maintenir l’ordre dans les couloirs au moment des fins de cours.

Enfin, il faut souligner le travail des agents d’entretien, chargés d’assurer le ménage régulier et quotidien des locaux.

Pas plus qu’au collège, les incivilités, les actes violents, quelles que soient leurs formes ne sont acceptés. Chaque année, plusieurs élèves sont passés devant le conseil de discipline qui, généralement, prononce l’exclusion définitive de l’établissement.

sommaire

III. COMMENT SE DEROULE UN COURS DE LYCEE ?

Les effectifs par classe sont lourds et atteignent facilement une trentaine d’élèves. Les professeurs ont un programme important à assurer : ils imposent donc un rythme soutenu. C’est l’une des grandes nouveautés pour un lycéen : il faut apprendre à travailler rapidement et se concentrer sur la leçon. Dans certaines matières, un moment de distraction peut conduire à perdre le fil de ce qui est dit et entraîner de graves incompréhensions. Si un enseignant veille toujours au maintien de l’ordre dans sa salle, il est peut-être moins soucieux à l’attention de ses élèves. Ceux qui ne suivent pas et qui ne témoignent pas du sérieux nécessaire en sont pour leurs frais...

Les enseignants ne dictent plus le cours. Dès les débuts de la Seconde, il est très important d’assimiler les techniques de la prise de notes : savoir repérer ce qui, dans le discours du professeur, est important, ce qui l’est moins. Bien sûr, cet apprentissage est progressif et nécessite du temps. En Seconde, le rythme est encore modéré mais en Terminale, chacun doit être capable de suivre un débit de parole élevé.

Les évaluations sont notées sur vingt et entrent dans la moyenne qui est reportée sur le bulletin trimestriel. De manière générale, entre la Troisième et l’entrée au lycée, les notes ont tendance à chuter de quelques points. Il ne faut pas s’en alarmer plus que de raison car le niveau augmente, les exigences deviennent plus précises. Dans chaque discipline, le nombre de notes par trimestre dépasse rarement trois ou quatre. Il est donc très important de travailler sérieusement chaque devoir car les occasions de relever la moyenne sont limitées.

La journée d’un lycéen ne s’arrête pas à la sonnerie des fins de cours. Une fois rentré à la maison, il faut chaque soir consacrer deux heures au travail personnel. Disons-le clairement, un élève qui se contente d’efforts réalisés en classe ne peut pas réussir son année de Seconde. L’investissement personnel d’un lycéen désireux de réussir est nécessairement plus important que celui que l’on demande en collège. Cela ne veut pas dire qu’il faille arrêter toute activité à côté des études. Il est recommandé de se ménager un moment dans la semaine pour faire du sport et se changer les idées. Mais les devoirs donnés à la maison doivent être faits régulièrement chaque jour.

sommaire

IV. QU’APPREND-T-ON AU LYCEE ?

Au lycée, l’élève retrouve les matières qu’il étudie depuis la sixième. L’éducation musicale et les arts plastiques deviennent facultatifs. Mais un enseignement est toujours dispensé pour ceux qui le souhaitent.

Lors de son inscription, l’élève doit choisir, en plus des cours généraux, deux options. L’une est imposée, c’est la LV2. L’autre est librement choisie dans la limite des places disponibles. Pour les plus demandées, les lycéens sont sélectionnés sur les résultats obtenus au collège dans des matières déterminées.

  • Les langues : cela peut être une troisième langue vivante (Italien...), une langue morte (Latin, grec...). Cette option est conseillée aux élèves obtenant de bons résultats dans les disciplines linguistiques, en fin de 3eme.
  • Les sciences économiques et sociales pour ceux qui envisagent de poursuivre leurs études dans une filière ES.
  • Mesures physiques et informatiques pour des élèves obtenant de bons résultats dans les disciplines scientifiques, particulièrement en Sciences Physiques.

La liste ci-dessus n’est pas exhaustive. Elle regroupe les options les plus demandées.

sommaire

V. ET APRES LA SECONDE ?

En fin de Seconde générale, les élèves sont orientés vers diverses filières de Première préparant à un baccalauréat spécifique.

La Première L : elle est choisie par des lycéens obtenant de bons résultats dans les matières littéraires : Français, langues, histoire-géographie. Les disciplines scientifiques y tiennent une place plus modeste et sont affectées d’un coefficient moins élevé au bac.

La Première ES : elle est choisie par ceux qui ne se débrouillent pas trop mal en mathématiques. Les Sciences Economiques et Sociales y tiennent une place de choix ainsi que l’Histoire-Géographie. L’élève garde encore ses deux langues vivantes mais la LV2 ne fait pas l’objet d’un examen écrit au baccalauréat. Elle est présentée au cours d’une épreuve orale.

La Première S : elle s’adresse aux élèves développant de réelles capacités dans les disciplines scientifiques. Mathématiques, SVT et Sciences Physiques y sont les matières les plus importantes. L’élève étudie encore l’Histoire-géographie et le Français mais il ne garde plus qu’une seule langue qu’il passe à l’écrit au bac.

Certains lycéens, en grandes difficultés à l’issue d’une Seconde générale, peuvent être réorientés vers une Première STT ou STI. D’autres quittent l’établissement pour choisir une voie professionnelle et préparer un BEP. Quelques uns redoublent le niveau.

Il arrive souvent que des élèves obtenant des résultats très fragiles en collège éprouvent du mal à suivre une Seconde générale. Ceux qui choisissent de continuer leurs études au lycée ne doivent donc pas se contenter en troisième de notes frôlant à peine la moyenne. Les futurs lycéens décrochant 13 ou 14 dans toutes les disciplines peuvent légitimement espérer accomplir de bonnes études en Seconde. Mais attention à ne pas se reposer sur ses lauriers...

sommaire

Partager