« La naissance de l’agriculture et de l’écriture » : ce qu’il faut retenir.

La préhistoire est une très longue période de notre passé. Pendant plusieurs millénaires, les hommes mènent l’existence de nomades organisés en petits groupes. Ils se déplacent souvent et suivent les migrations régulières des troupeaux. Ils vivent surtout des fruits de la pêche ou de la cueillette. L’habitat est encore très rudimentaire : une caverne, quelques huttes fragiles….

1°) L’apparition de l’agriculture transforme la vie de l’Homme.

Huit mille ans avant Jésus Christ, les hommes découvrent le principe de l’agriculture : quand il est pensé, réfléchi et géré, le travail de la terre offre de quoi se nourrir. Jusqu’à présent, les sociétés se contentaient de prélever sur la Nature ce dont elles avaient besoin. Elles apprennent maintenant à produire leurs propres ressources. L’Homme modifie ses attitudes, ses comportement : il gère, il compte, il économise. Il devient prévoyant et responsable.

Les premières formes d’agriculture s’épanouissent principalement au Proche- Orient, dans les régions du Croissant Fertile. Trois fleuves imposants, et souvent capricieux, le Nil, le Tigre et l’Euphrate, fournissent l’eau que les champs réclament.

Les populations s’adaptent aux exigences des travaux de la terre : la sédentarisation des communautés humaines accompagnent les progrès agricoles. Il n’est maintenant plus utile de se déplacer comme par le passé puisque les céréales récoltées fournissent l’alimentation de chaque jour. Les sociétés se fixent sur les espaces qu’elles s’ approprient.

Le développement d’activités plus spécialisées, comme l’élevage et l’artisanat, encourage le rassemblement d’hommes et de femmes sur un même territoire. Les premiers villages du Proche- Orient surgissent en Mésopotamie. La croissance de la population (que l’agriculture accentue) provoque entre le Tigre et l’Euphrate l’apparition de cités importantes.

Les villes réunissent entre leurs murs des milliers d’habitants. Beaucoup se consacrent à l’agriculture. D’autres choisissent l’artisanat. Des familles influentes et riches imposent peu à peu leur domination sur le reste de la population : quelques dynasties royales s’approprient le pouvoir et le privilège de commander. La constructions de palais et de résidences évoque leur puissance et le caractère sacré lié à la fonction qu’elles exerçent.

2°) l’apparition de l’écriture annonce les débuts de l’Histoire.

L’installation des états politiques de Mésopotamie accompagne l’élaboration de l’écriture. Les souverains ressentent le besoin de comptabiliser, d’inventorier les trésors qu’ils possèdent. Ils exigent aussi que leurs décisions soient mises par écrit pour mieux les conserver et les faire appliquer.

Les premières écritures sont très simples et souvent peu pratiques. Les cités du Croissant Fertile adoptent les signes cunéiformes tandis que l’Egypte découvre les hiéroglyphes.
Un peuple très évolué, les Phéniciens, répand l’alphabet, système encore inconnu du Proche- Orient. Plus rapide, plus efficace, cette écriture séduit également les Grecs et les Romains.

Un nouveau personnage apparaît : le scribe. Les scribes sont les spécialistes de l’écrit. Ils travaillent auprès des rois ou des ministres dont ils recopient les ordres. En Egypte et en Mésopotamie, ils reçoivent une instruction très solide. Ils occupent au palais une place influente et peuvent, pour les plus ambitieux, obtenir un rôle politique de grande importance.