Se préparer à un contrôle sur les Etats-Unis, une puissance mondiale.


SOMMAIRE

I. Ce qu’il faut retenir du chapitre.

II. Pour tester ses connaissances.

III. Quelques exemples de sujets.


I. CE QU’IL FAUT RETENIR DE CE CHAPITRE.

Le programme de géographie de la classe de 3ème insiste particulièrement sur la notion de puissance mondiale. Une notion fondamentale, très actuelle, que l’élève doit pouvoir réutiliser et expliquer à l’occasion du brevet ou d’un devoir sur table.

Le chapitre consacré aux Etats-Unis ne prétend pas étudier le territoire américain dans ses moindres limites. Cela n’aurait guère de signification. Les documents proposés dans les manuels scolaires remplissent un objectif unique : celui de mettre en lumière l’influence planétaire du pays. Au terme de la leçon, il n’est pas question de demander à un collégien le nom des 50 états fédérés avec leur capitale (chose que bon nombre d’Américains ne seraient pas toujours en mesure de faire). En revanche, l’élève doit pouvoir démontrer à l’aide d’exemples concrets que les Etats-Unis sont une puissance mondiale dominante.

Il faut bien saisir que la puissance américaine s’est bâtie sur l’immensité d’un territoire dont il est nécessaire de connaître les principaux repères physiques (Les Rocheuses, les Appalaches, le Mississipi, les Grandes Plaines...). Les vastes espaces sont maintenant maîtrisés mais l’entreprise aura nécessité tout le XIX° siècle : la réalisation d’une voie ferrée reliant le Pacifique à l’Atlantique a en fin de compte permis aux premiers colons anglo-saxons de prendre la mesure des immensités à conquérir.

Ce sont essentiellement les richesses du sous-sol qui font des Etats-Unis la première puissance industrielle au monde. Les ressources en minerais, gaz, pétrole, charbon placent le pays aux premiers rangs des producteurs planétaires.

Les Américains savent également utiliser les faveurs du relief et du climat de certaines régions. Les Grandes Plaines centrales arrosées par de puissants fleuves encouragent depuis longtemps le développement agricole : blé, orge, maïs, élevage. Le sud du pays (Floride...) sous influences tropicales s’est spécialisé dans la culture de plantes ou de fruits réclamant des températures clémentes et une saison humide (Coton, oranges...). Aujourd’hui, les Etats-Unis contrôlent à leur guise les marchés mondiaux de céréales ou de viande.

En plus d’un territoire aux richesses variées, le pays dispose d’un énorme potentiel humain. Certes, les Etats-Unis se placent derrière la Chine, l’Inde et la Russie quand on considère les niveaux de population. Mais les grandes villes américaines comptent parmi les plus peuplées au monde. (C’est d’ailleurs sur la côte Est que se trouve l’une des puissantes mégalopoles planétaires).

La population américaine affiche sa diversité ethnique sans complexe : aux Européens arrivés sur le territoire dès le XVII° siècle (Anglais, Français, Allemands, Irlandais, Italiens, Polonais...) s’associent des minorités indiennes (Présentes bien avant la colonisation occidentale), africaines (Issues de la traite des Noirs du XVII° au XIX° siècle) et asiatiques. N’oublions pas non plus la présence d’une modeste communauté musulmane.

Ce brassage culturel est à l’origine d’une société originale et ouverte aux influences venues d’horizons très éloignés. (Malgré quelques flambées de xénophobies dont l’histoire américaine se fait encore l’écho).

Les Américains ont rigoureusement organisé leur territoire. Aujourd’hui, l’influence mondiale du pays trouve son assise sur quelques régions particulièrement en avance.

- La Sun Belt, « la ceinture du soleil ». Les littoraux du Pacifique et des Caraïbes concentrent les richesses nationales et donnent aux Etats-Unis l’occasion de déployer leur puissance économique. C’est ici que se trouvent les centres de la Haute- Technologie, combinant laboratoires de recherches, universités et entreprises. Des états comme la Californie, le Texas apparaissent même comme des pôles incontournables de l’aire Pacifique. L’attraction sur l’Asie est réelle. Des milliers d’étudiants chinois, japonais, taïwanais viennent s’instruire dans les prestigieux campus américains. D’autres populations, plus défavorisées, venues du Mexique ou d’Amérique du Sud passent dans la clandestinité la frontière, à la recherche d’un Eldorado promis.

- Les grandes villes américaines sont aussi les lieux où s’exprime le plus clairement la puissance du pays. New- York est bien à cet égard la vitrine de l’opulence et de la réussite de la nation. (Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que les organisations d’Al-Qaïda ont choisi de frapper la ville le 11 Septembre 2001). C’est ici que se concentrent les grands bâtiments où sont prises les décisions économiques, politiques et militaires engageant l’avenir du globe. Wall Street s’impose comme un centre boursier mondial. Le Palais des Nations Unies abrite le travail de l’ONU et dirige toutes les opérations armées menées par les Casques Bleus. Enfin, c’est dans les gratte-ciel de Manhattan que les multinationales les plus puissantes ont installé leur siège de direction et contrôlent tout un réseau d’entreprises dispersées sur l’ensemble du globe.

La puissance des Etats-Unis n’est pas seulement économique ou financière. Elle est également militaire. Le pays installe à travers les mers des dizaines de bases navales, ses flottes sillonnent de vastes espaces océaniques. Ce dispositif stratégique répond à une nécessité fondamentale : la maîtrise des circuits d’approvisionnement en pétrole. Washington s’intéresse particulièrement à la situation politique troublée du Moyen Orient. Les interventions récentes des Marines en Afghanistan et en Irak ne sont pas le fruit du hasard. Les multinationales américaines entendent protéger leurs intérêts liés aux monarchies du golfe persique.

La domination militaire des Etats-Unis repose également sur un réseau complexe d’alliances et d’ententes dont l’OTAN n’est qu’un aspect.

L’Amérique appuie l’influence planétaire qui est la sienne sur la diffusion à grande échelle de sa culture. Les médias sont le vecteur essentiel par lequel s’accomplit ce que certains appellent « l’américanisation du monde ». Films, programmes télévisés, succès musicaux envahissent les chaînes nationales de nombreux pays.

Les modes alimentaires ou vestimentaires venues d’Outre- Atlantique obtiennent auprès des jeunes générations un succès croissant. Des enseignes de la restauration rapide, que l’on découvre même dans certains pays musulmans, aux tenues portées et admirées par des milliers de Japonais, l’empreinte culturelle des Etats-Unis est partout.

Pourtant, l’élève doit garder à l’esprit que les limites de la puissance américaine sont réelles.

- D’une part, certains espaces du territoire national se débattent dans une crise chronique que rien ne semble pouvoir enrayer. La région des Grands Lacs, autrefois productrice de charbon et haut lieu de sidérurgie, ne se remet pas des fermetures répétées d’usines vieillies et de mines épuisées. Le chômage y atteint des proportions inquiétantes, les conditions de vie se dégradent. Beaucoup d’Américains tentent l’aventure dans la Sun- Belt et abandonnent aujourd’hui le Nord Est du pays. Les départs massifs de ces dernières années ont entraîné un phénomène tragique de dépeuplement qu’il est bien difficile de corriger.

Dans les grandes métropoles de la côte Pacifique ou Atlantique, les quartiers aisés côtoient de sordides ghettos où survient des populations démunies et laissées pour compte : le Bronx, Harlem.....La violence quotidienne de ses zones de non- droit pose une véritable problème de société.

- D’autre part, à travers le monde, les contestations de la puissance américaine se renforcent depuis plusieurs années. Aux critiques exprimées dans la presse internationale (Articles, caricatures...) s’ajoutent à présent des flambées de colère débouchant souvent sur une brutalité mal contrôlée : attentats contre les intérêts du pays, manifestations, prises d’otages....

L’hostilité à l’influence mondiale des Etats-Unis n’est pas le fait des seuls pays musulmans du Proche Orient. Elle provient également d’alliés européens traditionnels et s’exprime le plus nettement à l’occasion de crises diplomatiques temporaires : querelles franco-américaines par exemple lors de la seconde guerre en Irak.

II POUR TESTER SES CONNAISSANCES.

1) Je connais la définition des mots suivants :

Sun- Belt, industries de Haute Technologie, mégalopole.

2) Je peux remplir une carte des Etats-Unis :

Sur une carte du territoire américain, je suis capable d’indiquer :

Les Rocheuses, les Appalaches, les Grandes Plaines, la Sun Belt, le Mexique, le Canada, l’Océan Atlantique, l’Océan Pacifique, la Mer des Caraïbes, New- York, Los Angeles, Washington, la Floride.

3) Je peux répondre aux questions suivantes en quelques lignes :

- Pourquoi dit-on que la puissance des Etats-Unis s’est bâtie sur le territoire américain ?

- Pourquoi dit-on que les grandes villes américaines sont le reflet de la puissance mondiale des Etats-Unis ?

- Quels sont les divers aspects de la puissance américaine ?

- Quelles sont les limites de la puissance américaine ?

- Comment les Américains ont-ils organisé leur territoire ?

- Pourquoi dit-on que la Sun Belt est une région en avance des Etats-Unis ?

- Pourquoi dit-on que le Nord Est des Etats-Unis est une région en crise ?

III. QUELQUES EXEMPLES DE SUJETS.

Plusieurs sujets peuvent faire l’objet d’un paragraphe argumenté au brevet ou lors d’un contrôle.

- Les différents aspects de la puissance américaine à travers le monde.

- Contestations et remise en cause de la puissance américaine à travers le monde.

- La Sun Belt, une région dynamique des Etats-Unis.

- Les grandes villes américaines, un reflet de la puissance mondiale des Etats-Unis.

- L’organisation du territoire américain.

- Les Etats-Unis, une puissance agricole mondiale.

- Les Etats-Unis, une puissance industrielle mondiale.Des documents très variés peuvent être proposés à la réflexion de l’élève et faire l’objet de questions.

- des textes (articles de journaux, ouvrages...) présentant les divers aspects de la puissance américaine ou exposant au contraire un exemple de contestation.

- des caricatures ironisant sur la domination des Etats-Unis : l’élève doit être capable de déchiffrer le message souvent symbolique d’un dessin puis l’expliquer.

- des photographies tirées de l’actualité récente : le quartier de Manhattan symbole de la réussite et de la puissance américaine ; l’affiche d’un film tourné à Hollywood.

- une carte mettant en valeur l’un des aspects de l’influence des Etats-Unis à travers le monde : par exemple, le déploiement du dispositif militaire américain sur l’ensemble de la planète (Flottes, bases navales...).

- un graphique présentant diverses productions aux Etats-Unis (agricoles ou industrielles...), la part des programmes télévisés américains sur quelques chaînes européennes. Une autre manière pour l’élève d’appréhender plusieurs facettes de la puissance américaine.