Ce qu’il faut retenir du chapitre sur la monarchie absolue de Louis XIV.

Quand il disparaît, le 14 Mai 1643, Louis XIII laisse le pouvoir à son jeune fils de cinq ans, Louis XIV. L’enfant n’est pas encore en âge de régner. Sa mère, Anne d’Autriche et le Cardinal Mazarin (Un Italien venu s’installer à la Cour de France) conduisent les affaires de l’Etat en son nom.

Troubles et agitations politiques compliquent la période de la régence (1643-1661). La Noblesse, attentive à protéger ses privilèges traditionnels, profite de la minorité royale pour s’imposer. Les princes (Condé, Conti....) entendent contenir l’autorité monarchique. Les soulèvements militaires de la Fronde (1648-1653) contraignent Mazarin (Détesté pour ses origines étrangères et sa détermination à réduire l’indiscipline des Grands) au choix d’un exil temporaire. Louis XIV conservera de cette époque un souvenir douloureux (Une nuit de Janvier 1649, il quitte à la lueur des flambeaux un Paris en état de révolte). Il gardera aussi de l’ évènement une méfiance définitive pour la capitale et préférera s’installer à Versailles.

La Fronde vaincue, Mazarin revient en France. Le cardinal italien achève sa carrière de principal ministre en Mars 1661. Sa disparition retentit comme une rupture politique considérable : le jeune Louis XIV annonce son intention de gouverner seul.

1)Louis XIV et son pouvoir.

Louis XIV règne en monarque absolu. Il dispose des trois pouvoirs traditionnels de la Couronne. Il décide des lois (Le pouvoir législatif) et les fait appliquer dans les provinces du royaume (Le pouvoir exécutif). Il contrôle la justice et ses tribunaux dont il peut casser les verdicts. Il juge en dernier recours les affaires les plus graves (Pouvoir judiciaire).

Louis XIV demeure très attaché au principe du Droit Divin. Le roi n’est pas un personnage ordinaire. La cérémonie du sacre (à Reims) le désigne comme responsable de ses sujets devant Dieu. Placé sur le Trône par la volonté céleste pour conduire le gouvernement de son pays, il reçoit des pouvoirs spéciaux (La guérison des Ecrouelles). Les atteintes à sa personne sont les crimes les plus graves (Crime de lèse-majesté) car elles ébranlent l’ordre divin.

Attention toutefois. Bien que monarque absolu, Louis XIV doit respecter les Lois Fondamentales du royaume (Un ensemble d’usages anciens que les rois observent depuis des siècles). Il protège l’Eglise et le catholicisme. La Couronne qu’il porte ne lui appartient pas. Il ne peut en disposer à sa guise et doit la remettre, au moment de mourir, à son parent masculin le plus proche. Enfin, le souverain ne peut gouverner sans se soucier des privilèges traditionnels de la Noblesse, des Parlements ou des assemblées provinciales (Bretagne, Provence...).

2)Louis XIV et son gouvernement.

Louis XIV s’entoure de collaborateurs précieux pour accomplir son métier. Les intendants représentent l’autorité royale à travers le pays. Ils lèvent les impôts (Taille...), maintiennent l’ordre, dirigent les tribunaux. Ils informent le monarque des troubles qui se produisent parfois dans une région et dépendent entièrement de lui.

Louis XIV sait aussi s’attacher les services de ministres efficaces. Colbert est le plus célèbre d’entre eux. Ses responsabilités sont considérables : il s’intéresse à l’économie du royaume, aux finances de la Monarchie, au commerce, aux manufactures.....Louvois apporte ses soins à l’armée. Les ministres assistent le roi dans ses Conseils et essayent de placer leurs enfants aux postes les plus importants du gouvernement. La famille des Colbert ou des Louvois- Le Tellier accomplit auprès du monarque de prestigieuses carrières politiques.

3) Louis XIV et Versailles.

Louis XIV se fait bâtir le magnifique palais de Versailles. Il y déploit toute sa gloire et met en scène son pouvoir. Les fastes de la Cour du Roi- Soleil produisent l’admiration des souverains européens.
Louis XIV expose sa propre existence aux regards des courtisans du château. Le moindre instant de son quotidien est l’occasion d’une cérémonié réglée à la lettre où chacun doit tenir la place qui lui est assignée.
Louis XIV est au centre de la vie à Versailles. Il décide, surveille, offre ses faveurs (ou les retire), organise. Les fêtes et les soirées soulignent l’étendue de sa puissance. Les artistes les plus connus se pressent auprès de lui et composent à sa demande ballets, pièces de théâtre, tragédies.
Molière est un écrivain très apprécié. Ses comédies divertissent le roi mais elles sont aussi parfois objet de scandale (Tartuffe....) car elles critiquent certains aspects de la société française au XVII° siècle.
Lully dévoile à la Cour ses talents de musicien tandis que le génie d’un Racine produit des oeuvres promises à une postérité durable.

Néanmoins, les décès successifs survenus dans la famille royale (Louis XIV perd son épouse, Marie-Thérèse puis son fils, le Grand Dauphin, son petit-fils et l’aîné de ses arrière-petit-fils) endeuillent Versailles. A la fin de sa vie, le roi n’est plus qu’un vieillard tourmenté de souffrances dont le dernier héritier (Le futur Louis XV) n’a pas encore cinq ans.

4)La société française sous Louis XIV.

La société française du XVII° siècle est une société d’ordres. Le Clergé assume le Salut spirituel du royaume et rassemble dans ses rangs les grands prélats de l’Eglise (Evêques, Cardinaux), les membres de communautés monastiques et les religieux d’origine modeste (Les curés de paroisse). La Noblesse défend le pays par les armes. Les grandes familles princières (Comtes et ducs) se consacrent au métier de la guerre et suivent Louis XIV dans les nombreux conflits de son règne. Le Tiers-Etat est l’ordre le plus important par son poids démographique. Il nourrit le royaume de son activité et réunit près de 95% de la population. Tous les horrizons sociaux y sont représentés : du brassier misérable au paysan aisé, de l’artisan modeste au négoçiant enrichi, du domestique sans fortune au bourgeois puissant....

La société du XVII° siècle est inégalitaire. Si le Clergé et la Noblesse disposent de leurs privilèges fiscaux traditionnels, le Tiers-Etat supporte le poid d’impôts et de taxes très lourds : la taille, la gabelle, la dîme.....
Néanmoins, les occasions d’ascension sociale sont moins rares qu’il pourrait paraître. Certains membres issus de la bourgeoisie commerçante finissent par rejoindre l’ordre de la Noblesse (Achat de terres ou d’offices prestigieux, mariages...).

L’existence des Français à l’époque du Roi- Soleil est souvent incertaine. Le monde des campagnes affronte les épidémies ou les famines meurtrières quand les récoltes n’ont pas été bonnes (Plusieurs crises agricoles provoquent la mort de milliers de sujets au cours du règne de Louis XIV : celles de 1661-1662, de 1693-1694 et de 1709-1710). Aux désastres climatiques s’ajoutent les guerres successives du souverain (La guerre de Dévolution 1667-1668, la guerre de Hollande 1672-1678, la guerre de la Ligue d’Augsbourg 1689-1697, la guerre de Succesion d’Espagne 1701- 1713) dont la conduite finit par ruiner le pays.
Les colères paysannes s’expriment à l’occasion de soulèvements ponctuels mais sanglants.

Souverain catholique, Louis XIV exige de ses sujets qu’ils aient la même religion que lui. En 1685, il fait interdire en France le Protestantisme (Edit de Fontainebleau). De nombreux Réformés choisissent alors de s’exiler. Les autres se convertissent pour échapper aux galères ou aux terribles dragoandes. Néanmoins, dans les Cévennes, la population s’organise et affronte les soldats du souverain pour conserver sa religion. Les Camisards mènent une guerre difficle que les armées royales s’épuisent à remporter.